A vrai dire collectif

« dom juan » documentaire

« DOM JUAN – Documentaire »

Tout d’abord, merci pour cette confiance que vous nous avez octroyée. Elle est précieuse.

Avant, bien avant de vous rencontrer, ce projet: Dom Juan Documentaire, a été rêvé, en lien avec la création de Dom Juan de Molière par le collectif. Rencontrer des collégiens et des personnes âgées lors d’ateliers, réaliser des interviews à domicile pour nous aider à répondre à notre question dramaturgique: comment faire avec l’amour?

Une question intime, complexe, et pourtant immédiatement vous nous avez fait confiance. Nous sommes rentrés chez certains d’entre vous avec une caméra, un enregistreur, des questions. Et soudain dans les salons de Châtillon, de Tamnay, ont été racontés des pans de vie, des belles histoires, des histoires tristes, des histoires belles et tristes à la fois.Ce projet ne pourrait donc exister:

Sans toi qui te déguise pour faire rire ta femme, atteinte de la maladie d’Alzheimer, quand tu vois qu’elle est triste,qui te dit prêt à tout abandonner pour elle.

Sans toi dont la femme, atteinte elle aussi d’Alzheimer, ne parle plus. Même si, ne plus pouvoir parler c’est à devenir fou, tu continues coûte que coûte à t’occuper d’elle avec énormément d’amour, énormément de tendresse.

Sans vous, jeune couple de 84 ans et 90 ans, mariés depuis 4 ans. Vous nous révélez des choses que vous n’avez jamais dites à personne. Vous vous étiez aimés, il y a une cinquantaine d’années. Perdus de vue, retrouvés, reperdus et enfin retrouvés. Un amour incroyable raconté dans un magnifique poème lu avec beaucoup d’émotion.

Sans vous que nous rencontrons lors d’ateliers au centre social de Châtillon. Vous nous livrez également avec beaucoup de confiance vos histoires de vie. Vous qui souvent vous êtes mariés en sachant que c’était pour la vie, avez pu nous éclairer sur des formes d’amour qui résistent au temps. Vous nous avez livré des souvenirs teintés de météo, d’évènements historiques. Les mariages par temps de pluie. Les hivers les plus froids. Les herbes qui poussent sur les rails en 1968, signe que la France est à l’arrêt. Vous nous avez livré avec ardeur vos réflexions : la distinction entre la passion et l’amour, les autres formes d’amour: l’amour filial, l’amitié…

Et puis sans vos rêves à vous, 36 rêves, 36 rêves de collégiens de quatorze à quinze ans: réussir sa vie, aller aux Etats-Unis, vivre une histoire d’amour… Votre maturité parfois: comment faire pour aimer sans faire du mal aux autres?

Vos conseils à vos personnages, Dom Juan, Charlotte, Sganarelle, Elvire, Pierrot…

Vos rêves de mise en scène de Dom Juan. Vos imaginaires faits de labyrinthes, de jungles et de plages. Votre grande disponibilité, vos remerciements pour nous dire que ces ateliers vous aident à avoir confiance en vous. Votre timidité dépassée devant la caméra.

Et puis tous vos lectures de Dom Juan. Votre ardeur à essayer de comprendre en quoi il est différent de vous, en quoi il vous ressemble. Merci de nous aider à éclaircir par vos réflexions, vos histoires de vie, les différents types d’amour. Ces rencontres nous émeuvent, nous rendent vivants, nous interrogent sur nos propres choix amoureux, et nourrissent énormément nos réflexions pour la création du spectacle.

Maïna Madec

« Donc je connais ces habitants et leur pudeur, alors j’aime bien aller la déranger cette pudeur. J’ai donc créé Dom Juan Documentaire, un projet « culture et santé » DRAC, qui nous permet surtout d’avoir des réponses de gens avec plus d’expérience que moi sur l’amour. C’est ça l’objectif, recueillir leur témoignage, les rencontrer, se parler. Ce n’est pas impossible que les récoltes du documentaire viennent impacter et ne s’invitent carrément dans la création Dom Juan elle-même. »

Alice Thalamy.

©annahschaeffer

Au Suivant Poste

© 2020 A vrai dire collectif

Thème par Anders Norén